Introduction No establishment is immune to the risk of fire. Unlike other agents of deterioration covered in this text, fire can cause serious and sometimes irreparable damage to the building and the collections therein, as well as major interruptions to the activities taking place there and to services offered there. It can also cause injury, and even death, in people. It is therefore important to give the highest possible priority to fire prevention and fire fighting. Likewise, every effort should be made to limit the risk of a fire occurring and to minimize its impact. If the cost of such efforts may seem prohibitive, the cost of inaction may be even more! Since matters relating to the security of persons fall within the competence of government authorities, they will not be dealt with in this section. Rather, it will examine fire safety and fire protection with a view to preserving and protecting cultural property, in particular collections. Although many museums can meet basic security requirements, these requirements are too often inadequate for the protection of cultural property.

Brief description of fire: the principles of combustion Fire comes from combustion, a phenomenon resulting from a chemical reaction which, in order to be able to arise and develop, requires the presence of three elements joined together in an appropriate combination: a source of combustible (any material that can burn), oxygen (a component of air) and a source of ignition, such as heat or a spark. This dynamic is often called the “fire triangle”, as shown in Figure 1. Figure 1. Fire triangle In order to extinguish a fire, you usually have to deprive the fire of at least one of these elements. The following text briefly describes the various stages of the fire. Main stages of fire development Pre-ignition stage At the start, the fire remains of a limited extent and can be easily extinguished by first using a portable extinguisher. Its presence may not be detected until the flames are visible or there is heat. When there is enough heat near the ceiling, the sprinklers go off and manage to control, even extinguish, the fire. If there is no automatic fire extinguishing system, the fire can spread freely, which can lead to the next stage. Burning stage The heat becomes intense and high enough to ignite common combustible materials in the room, causing a blaze. This can happen only a few minutes after the start of the general pre-ignition stage when the appropriate conditions are met. Post-ignition stage Brazing, where all combustible materials exposed in the room fuel the fire. This can cause the total loss of collections in this room, and the entire building is threatened. The flames can spread to other rooms through the corridors and voids in the ceiling. Once all the fuel has been consumed, the fire gradually goes out. Since a fire can develop and spread quickly, it is important to detect and extinguish it at its earliest stage to reduce the risk of serious damage, bodily injury and loss of life.

Sources of ignition While museums and related establishments are vulnerable to fire from several different sources, both inside and outside the building, most of the fires that arise there are caused by negligence and d ‘lack of diligence on the part of human beings, or else are switched on intentionally. Some of the most common sources of ignition include: outdoor and natural sources, such as lightning and proximity to forest, bush, or grassland fires, exposure to adjacent burning buildings or garbage containers in flames, etc .;

electrical sources, such as wiring, electrical panels, electrical equipment and appliances, and HVAC (heating / ventilation / air conditioning) systems, defective or overloaded;

proximity of combustible materials to a heat source, such as a portable heater;

open flame sources, such as candles and stoves used in restaurants and receptions;

fires at events or interpretive activities, bursting from fireplaces, cooking stoves, candles, blacksmith workshops, etc .;

construction and renovation activities, such as high temperature work (i.e. welding, pickling, cutting, etc.); use of pouring materials which produce heat, etc .;

welding, pickling, cutting, etc.); use of pouring materials which produce heat, etc .; improper use, disposal and / or storage of flammable liquids such as paint thinners;

smoking equipment;

gas leaks (Figure 2); and

arson. Figure 2. The fire in this museum was caused by a gas leak. Among the above sources, the risk from electrical sources, arson and construction or renovation works tends to be most common in cultural establishments. Figure 3. The defective wire seen here comes from the power cable of a laboratory oven. The building’s electrical distribution system must be inspected by an electrician at least every 10 years, the heating systems must be serviced once (1) once a year and tools, equipment and appliances of all sizes must be inspected regularly, to reduce the risk of electric fire. Although, usually, collections such as cellulose nitrate films, weapons, ammunition, blasting equipment, flammable liquids (so-called wet collections), etc. are not themselves the source of the fires, they nevertheless contribute to the building’s fuel load (fire load) and greatly increase the threat from the point of view of firefighters. Places of worship are particularly vulnerable to arson because they are often relatively isolated and open to the public, and have large open spaces and concealed voids that allow fire to spread quickly. Heritage structures that remain unoccupied or uncrowded are also very vulnerable. Seasonal museums can also be vulnerable to fire. Since many of these museums in small communities do not have HVAC systems, space heaters, portable heaters and even wood stoves are sometimes used in the spring and fall to better control the humidity and provide heat to staff working in these buildings. In addition, many of these small museums are located in remote locations, where acts of vandalism and arson can go unnoticed for some time, especially in the off-season. These museums are often constructed of highly combustible materials, are not protected by monitored detection and automatic extinguishing systems, and in some cases cannot access a reliable source of water. Some establishments are protected by battery powered smoke detectors. However, it is important to test and clean these devices regularly, and to replace their batteries. Although these alarm systems may be sufficient for the safety of persons when the building is occupied, outside of opening hours, however, the intervention of the local fire department could be considerably delayed. Heritage houses serving as museums are particularly vulnerable to rapid fire developments, and their rehabilitation as such may be more problematic. Their vulnerability can be attributed to a number of causes: These buildings can be constructed of highly combustible materials which favor the propagation of the flame, since they have dried over time.

They may include old, inadequate and dangerous electrical wiring and heating systems.

Many of these buildings are designed with large open staircases that allow flames and smoke to spread quickly from one floor to another.

There may be voids concealed above ceilings, under floors and behind walls.

The basements and attics of many such buildings are not compartmentalized.

The openings on the perimeter of the ducts, electrical pipes, plumbing pipes, etc., during installation or removal, may not have been fitted with a barrier made of a resistant material the propagation of the flame at the points where these penetrations cross floors, ceilings and walls.

Cleaning accessories, solvents, paints, waxes, etc. are often improperly stored in the basement or in a closet with no fire rating. The fuel load attributable to the contents of the house and its finishes can be high, and the operating mode of the installation can create additional fire risks. For example, include the use of fireplaces or wood stoves to heat the museum or for interpretive purposes such as cooking, baking or otherwise. In addition, the museum can be rented for filming purposes, or used for special dinners and meetings where open flame sources such as candles are allowed. Despite these risks, many museums do not have a monitored fire detection or automatic fire extinguishing system. However, before making changes to the structure in order to make it safer, or installing or improving fire protection systems, it may be necessary to consult a heritage architect used to implementing these types of projects in the recognition and respect of the heritage fabric and the original design of the structure. However, whether a museum-type facility is of a heritage nature or of modern construction and suitable for these purposes, it is important to have a thorough knowledge of the building and the systems it contains and to adequately maintain it. . Unfortunately, it is too often neglected to invest the money and man hours required for fire prevention and the protection and maintenance of buildings for other programs and activities. By making fire safety a priority, steps can be taken to protect staff, visitors, collections, the building (s), and services. Depending on the extent of the damage, restoring and reopening a facility after a fire can take many years or even require the construction of a new building. Some museums can never reopen.

Impact of fires on collections Depending on the type, extent and severity of the fire, as well as the vulnerability of the collector’s items to heat and smoke, damage to collections ranges from slight coloring to total loss. Collectors in the central fire of a burning fire can catch fire and burn, completely or not. Even collectors’ items located elsewhere, for example, in another room, can deform, change color or become brittle, or even be covered with a deposit of soot, as in Figure 4. Figure 4. The pieces of collection inside this display case were adequately protected from damage caused by soot. Soot and hot gases do not necessarily cause total loss, but they can cause widespread and irreparable damage (Figure 5). Figure 5. Even if the top pages of this open book were damaged, the rest remained relatively intact. Organic materials from plant or animal products, such as paper, textiles and wood, are highly combustible, especially if they are very dry. In general, the thinner the item, the more likely it will catch fire and burn completely. For example, a loose sheet of paper catches fire and burns quickly, while books tucked tightly on a shelf may remain relatively free of damage, except on the back (Figures 6 and 7) and, perhaps, soot deposits or a color change on the upper edge.

Figures 6 and 7. The miniature sheets made up of these books remained intact; however, their covers have been seriously damaged and will need to be replaced. Although collectibles made from inorganic materials such as stone, glass, metal and ceramics are not likely to catch fire, they can still suffer significant damage: melting, warping, tarnishing, embrittlement, cracking, or even broken into pieces. In addition to heat damage, collectibles can also be severely damaged by smoke and soot. Smoke is the product of combustion and is generally made up of fine particles and hot gases. Soot designates carbon in fine particles which is deposited by the flames resulting from incomplete combustion of organic substances. Both smoke and soot are harmful to cultural property. Figure 8. The top surface of this cabinet is covered with a large deposit of soot. Soot deposits, like the top of the cabinet in Figure 8, are usually powdery, resemble ash, and can tarnish or even obliterate images and details of affected surfaces. If you handle material that has been covered with soot, the soot may be more impregnated into the surfaces. Organic materials with porous or highly textured surfaces are especially vulnerable to this process and can be extremely difficult to clean. Therefore, as much as possible, you should avoid handling collectibles that have been damaged by soot. Observations of curators with experience in recovering and cleaning objects damaged by soot, the more time passes, the more it tends to become difficult to remove. It should therefore be removed as soon as possible following the directions of a seasoned curator. Soot from a fire involving synthetic materials tends to be more oily in nature and more difficult to remove than powdery soot.

Reducing the Risk of Fire Most museums can contain considerable combustible charges that can fuel a fire. This is particularly the case for many heritage houses that function as museums, have a wood frame construction and include period pieces filled with combustible interior objects and finishes. Archival chambers and facilities that are equipped with mobile (compact) storage systems usually also contain high fuel loads. Certain collections may in themselves represent an additional risk. When a fire breaks out, cellulose nitrate films, natural history collections whose parts are kept in alcohol, as well as explosive materials, such as ammunition and certain mining equipment, can be everything particularly dangerous for the firefighters who intervene. Whenever possible, these items should be made safe and the changes made to them, documented, and procedures should be established and followed for their safe handling, storage and display. In the case of hazardous areas such as chemical supply premises or areas containing hazardous collections, post warning signs to alert personnel as well as the fire department of the presence of any source of danger. Certain situations that may increase the risk of serious damage to a museum are unavoidable, for example, the combustible construction of a heritage frame house-museum is made of wood, or the creation of a museum in a remote location, where the water supply may not be reliable, or where the response time of the local fire department may prove to be much longer than in a larger metropolitan area. However, measures can still be taken to reduce the risk and severity of fires: creation and implementation of fire prevention and response policies, plans and instructions; implementation of safe fire safety practices; and improvements to the installation. Table 1 identifies some ways to mitigate the risk of fire, or to minimize the impact. The measures to be applied will vary from one establishment to another due to their different resources and needs and also depending on the availability of expertise. Not all of these measures will necessarily apply to you; this list is not intended to be exhaustive. Certain strategies to reduce the risk of fire and damage caused by fires. General (all risks): Develop and implement a fire protection program that covers prevention, rehabilitation of buildings, fire intervention instructions, fire protection systems and devices, and finally staff training.

Establish a fire prevention committee made up of both management and response personnel. Hold regular meetings to discuss fire safety issues.

Develop and apply fire safety policies, procedures and procedures to create a safe environment for both people and objects. For example: implementation of a no smoking policy, elimination of clutter and residue; ban on the use of open flames and temporary wiring; prohibition of the use of material producing heat near combustible materials; etc.

Train staff on fire prevention, evacuation and the use of portable fire extinguishers.

Undertake a risk assessment to identify and prioritize fire threats, as well as measures to reduce them.

Undertake regular inspections and eliminate any identified risks. Use an inspection checklist to make sure nothing has been left out.

Develop good relationships with the local fire department. Invite all watch crews to visit the museum to allow them to familiarize themselves with its construction, layout, content and any hazardous areas such as chemical storage areas, spray paint booths or areas containing dangerous collections.

Discuss your concerns about water damage, and let the fire department know what is most important between the building itself and its contents. Ask for recommendations to make your museum safer / better protected as well as information on fire prevention. Conduct fire drills annually.

Invite a crime prevention officer, or other law enforcement official, to come visit your museum to make recommendations on what you can do to keep it safer.

If there is planning for a new installation or a rehabilitation of the existing installation, choose non-combustible and fire-resistant materials, subdivide the building into several fire-resistant compartments and install fire protection systems allowing detect and control the fire and control the smoke. Install or upgrade existing fire and smoke control elements where required, as well as fire protection materials in construction voids and other vertical and / or horizontal voids to limit spread smoke and flames. Make sure that any element penetrating a ceiling, wall or floor has an adequate fire stop; install door openers of an approved type on fire doors that are normally left open; and install the automatic closing device of the ventilation system in the event of fire. Have the electrical installation of the building inspected by an electrician every 10 years, or following any modification, to make sure that it does not present any danger.

Inspect and maintain all heating and protection systems.

Install the most efficient and adequate fire protection equipment and systems possible, according to your needs and budget, and keep them in good working order.

Implement measures to protect stored and exhibited collections from fire and water damage.

Develop procedures and plans to deal with emergency situations, to handle damaged collections, to recover them, and to protect large or particularly at risk collectibles on site. Table 1. Some strategies to reduce the risk of fire and damage caused by fires. Lightning Install and maintain lightning protection equipment. Proximity to neighboring fires, i.e. : forest, brush or grass fires;

buildings in flames. Hear the news. Keep the area clear of trees, uncut lawn and brush if the area is at high risk. Cover collections to protect them from smoke. Close the ventilation system. Close the edges of the openings. Keep the site and the building (s) wet. Electric sources: defective or overloaded electrical cables and panels;

faulty electrical equipment or devices. Have the electrical distribution system and work inspected by an electrician.

Make sure all equipment and appliances are listed or certified, in good working order, and turned off and unplugged when not in use. Dispose of devices with a frayed power cord, or whose working condition is questionable. Do not overload the circuits. Make sure fuses and circuit breakers are used properly. Avoid using extension cables and multiple outlet power adapters. Rather add other wall outlets if necessary. Use only electrical equipment that is CSA certified (Canadian Standards Association) or ULC rated (Underwriters’ Laboratories of Canada). Use of open flame and heat sources (i.e., interpretive activity fires, portable heaters, etc.) High temperature work (welding, cutting, burning, etc.) Maintain heat and flames away from combustible materials. Provide the fireplaces with a spark arrester. Keep a fire extinguisher handy. Maintain a fire hydrant consisting of people who have been trained in the use of fire extinguishers.

Establish a hot work permit system, if applicable. Supervise the work, and maintain a fire stake during the execution of the work (and for at least one [1] hour after it). Remove combustible materials from the hot work area. Keep a portable fire extinguisher of an appropriate type handy, and keep the fire protection systems operational at the end of the day. Presence of flammable liquids in the building Keep only small quantities inside the building. Apply appropriate handling, storage and disposal procedures. Keep the Material Safety Data Sheets (MSDS) up to date, and label the containers of liquids appropriately. Prohibit the storage of these liquids inside the premises of mechanical or electrical installations, or near electrical boxes. Dangerous collections such as: cellulose nitrate films, weapons, explosives, flammable liquids, etc. Examine the collections to identify dangerous parts. Whenever possible, decommission the parts so that their handling, storage and display are not dangerous; label them accordingly, and keep a record of these procedures. Keep nitrate films in cold storage, or have copies made by an experienced company, then dispose of the originals (first consult your fire department for disposal measures) safe), or give the originals to an archiving company with the experience required to store them securely. Arson (sometimes used to divert attention from another crime, such as theft) Ask a crime prevention officer for advice on ways to make your establishment safer. Keep the outside of the building well lit at night; remove all equipment and collector’s items that do not have to be near the building and that could be used as fuel to start a fire; fold down shrubs that could hide an intruder or arsonist, especially near doors and windows. Ask the police to patrol the area at night. For any candidate for a position, perform a security check. Hire additional security guards for any controversial exhibition. Develop good relationships with the public and with the community at large. It is possible to partially control the spread of flames and smoke to adjoining areas or throughout the building by incorporating certain architectural elements and design features, such as the following: the use of noncombustible construction processes and finishes and resistant to flame spread; automatic shutdown of the ventilation system in the event of a fire; compartmentalization or subdivision of spaces such as collections reserves and very high risk areas into fire resistant areas; the installation of fire-resistant materials and elements in attics and attics, as well as in concealed spaces and in construction voids under floorboards, above ceilings, behind walls, etc .; the installation of fire-resistant materials at the level of plumbing elements, conduits, electrical pipes, etc., or in place of these (if they have been removed), in walls, floors and ceilings; the complete closure of the stairwells; and the installation of fire doors. If fire doors are normally kept open, they should be fitted with automatic door closers if the fire alarm system is activated. Many museums have worked closely and successfully with local fire departments to improve fire safety in their establishments, and to develop measures to protect their irreplaceable collections from damage and damage caused by fire. In many cases, and provided that the fire is brought under control and that the safety of persons is not jeopardized, measures can be taken to protect the items in the collections against heat, smoke, soot, and water. We have managed to save precious collector’s items from certain loss or damage by moving them to a safe place, covering them with waterproof tarpaulins, diverting water used for fire fighting. and using atomized water for control rather than jets. Take the time to develop good relationships with your fire department, give them copies of your building plans, and offer guided tours of the museum to all its members to allow them to familiarize themselves with the facilities and systems of the fire department. bâtiment (soit l’emplacement des canalisations d’incendie et des vannes de régulation par zones des gicleurs), ainsi qu’avec toute aire qui pourrait constituer une source d’incendie potentielle ou encore présenter des risques potentiels ou inattendus en cours de lutte contre l’incendie. Veillez à ce que le service d’incendie puisse avoir accès à toutes les parties du bâtiment en cas d’incendie. Demandez au service d’incendie de passer en revue vos consignes d’intervention en cas d’incendie, et faites en sorte qu’il prenne part à la formation de votre personnel en matière de prévention et d’intervention en cas d’incendie.

Matériel et systèmes de protection incendie On appelle « protection incendie active » l’installation de matériel, de systèmes et de dispositifs qui demandent une source d’énergie pour fonctionner, comme les systèmes de détection et d’alarme incendie et les systèmes d’extinction. Que ce soit pour installer un tout nouveau système, ou pour remplacer un système existant, faites appel aux services d’un spécialiste en protection incendie ayant de l’expérience dans la conception de systèmes destinés aux installations à valeur patrimoniale ou aux installations de salles blanches ou de milieux stériles, et qui travaillera de concert avec vous en vue d’atteindre vos objectifs en matière de protection incendie. Un système de protection professionnellement conçu, mis en place, entretenu et surveillé peut vous sembler coûteux, mais son absence peut être bien plus onéreuse. Le spécialiste en protection incendie évaluera quel système doit être utilisé (pour la protection de la sécurité des personnes seulement, du bâtiment et de son contenu, des collections, ou pour e l’ensemble); quels sont les risques contre lesquels ce système est censé vous protéger; la construction, les dimensions et la configuration de la structure et des espaces qu’elle contient; quelle est l’utilisation actuelle ou prévue des espaces qui sont protégés; quelles sont la disponibilité de l’alimentation en eau et la pression d’eau; et plusieurs autres facteurs. Dans le cas des établissements d’une taille allant de petite à moyenne, il suffira de mettre en place des systèmes de conception classique qui sont simples, fiables et économiques d’installation et d’entretien. Les établissements de plus grande taille ayant des exigences plus complexes demanderont des systèmes également plus complexes. À titre d’exemple, les établissements de taille moyenne peuvent n’avoir besoin que d’un tableau de signalisation de base qui indiquera qu’un dispositif de sécurité incendie a été activé en un point quelconque, alors que ceux de plus grande taille nécessiteront des tableaux de signalisation hautement perfectionnés, qui peuvent identifier précisément le dispositif ayant été activé, ainsi que remplir d’autres fonctions. Tout système devrait être conçu et installé en conformité avec les codes et les normes qui s’appliquent. Utilisez les composants de la meilleure qualité que vous pouvez vous permettre. Dans bien des cas, la différence de coût d’une qualité supérieure est négligeable, mais non la valeur ajoutée! Selon la taille et les ressources des établissements, les systèmes seront surveillés soit par une entreprise spécialisée externe, soit directement par le service d’incendie local, si ce service est offert dans votre communauté. Les établissements de plus grande taille peuvent disposer d’un personnel sur place chargé de la surveillance de leurs systèmes, et également d’une source d’alimentation électrique de secours en cas de panne de courant. Une fois installés, ces systèmes doivent être inspectés, testés et entretenus par une personne compétente et en conformité avec les codes qui s’appliquent.

Détection automatique des incendies Bien que les dispositifs du type détecteur de fumée puissent alerter d’un danger les personnes dans l’aire protégée et solliciter leur évacuation immédiate du bâtiment, ils se révèlent inadéquats pour protéger les biens culturels parce que la plupart des musées demeurent inoccupés (vacants) pendant de longues périodes. Si personne ne se trouve sur les lieux pour entendre l’alarme du détecteur de fumée et appeler le service d’incendie, le feu peut gagner en intensité et s’étendre rapidement avant qu’on ne le remarque et qu’on ne communique avec le service d’incendie. Les systèmes de détection et d’alarme incendie vont des installations de base aux systèmes plus complexes qui peuvent identifier lequel des dispositifs de détection a été activé et exécuter un certain nombre de fonctions secondaires comme mettre à l’arrêt les systèmes de circulation d’air, fermer les registres coupe-fumée des réseaux de conduits, déclencher des dispositifs de maintien des portes coupe-feu, avertir un service de surveillance 24 heures, 7 jours par semaine, et mettre en marche un type quelconque de système d’extinction automatique (consulter capsule 2). Il existe deux (2) principaux types de détecteurs d’incendie : les détecteurs de fumée et les détecteurs de chaleur. Comme les détecteurs de fumée sont conçus pour détecter les incendies à leur stade le plus précoce possible, ces appareils sont recommandés de façon généralisée, sauf dans les aires poussiéreuses ou enfumées où ils auraient tendance à déclencher des fausses alarmes. Comme il est mentionné précédemment, ne manquez pas de consulter un professionnel de la protection incendie pour vous assurer que chaque aire du bâtiment est protégée par le système de détection le plus efficace possible pour cet espace et pour réduire les risques d’alarmes intempestives. Dans la mise en place des détecteurs, il est également capital de tenir compte des courants d’air qui sont créés par les systèmes de ventilation ou les fenêtres ouvertes, de tout obstacle, ou de tout autre facteur pouvant nuire à l’efficacité de ces appareils. Détection de la fumée Les détecteurs de fumée sont des dispositifs qui détectent les particules de combustion, visibles ou invisibles. Il en existe essentiellement deux (2) types : les détecteurs photoélectriques (ou optiques) et les détecteurs ioniques (ou à variation d’ionisation). Les détecteurs photoélectriques sont le plus efficaces dans la détection des feux couvants, lesquels produisent une fumée formée de grosses particules. Les appareils ioniques répondent quant à eux plus rapidement aux feux à flamme vive de grande intensité, qui produisent de grandes quantités de petites particules. On peut installer des détecteurs combinant les deux principes, soit les détecteurs de fumée dits photoélectriques et ioniques, aux endroits où l’on recherche une protection contre les deux types de feux. Les détecteurs photoélectriques ont gagné en popularité ces dernières années non seulement en raison de leur détection considérablement plus rapide des feux couvants de faible intensité, mais également parce qu’ils peuvent égaler, voire surpasser le temps de réponse des appareils ioniques aux feux à flamme vive lorsque le foyer de l’incendie se trouve éloigné. Il existe également des détecteurs de fumée à aspiration, qui procurent une détection très précoce en aspirant l’air ambiant à travers un petit tube jusqu’à l’intérieur d’une cuve de détection, et en analysant cet air pour y détecter la présence de fumée. En raison de leur sensibilité élevée, les détecteurs de fumée à aspiration sont avantageux dans la protection des pièces de collection de très grande valeur. De plus, comme seule l’ouverture du tube d’aspiration demeure visible, leur emploi est approprié dans les cas où l’aspect des détecteurs de type classique pourrait être dérangeant, par exemple, parmi des moulures décoratives ou d’autres caractéristiques esthétiques d’un bâtiment. Toutefois ce type de système de détection est plus coûteux. Étant donné que les détecteurs de chaleur, comme les systèmes de gicleurs, réagissent à la chaleur et non à la fumée, la présence de détecteurs de fumée est importante en termes de réduction au minimum du potentiel de dommages causés par la fumée et la suie résultant des feux couvants à évolution lente (consulter la capsule 3). Détection de la chaleur On rencontre généralement deux (2) types de détecteurs de chaleur : thermostatique et vélocimétrique. Les détecteurs de chaleur du type thermostatique se déclenchent lorsque la température d’une pièce atteint une valeur prédéterminée, habituellement comprise entre 57 ° C et 75 ° C . Les détecteurs vélocimétriques répondent quant à eux à la vitesse d’élévation de la température dans le temps au-delà d’une valeurprédéterminée, ordinairement autour de 7 à 8 ° C . Comme les détecteurs de chaleur ne détectent pas les incendies à leur stade le plus précoce possible, ils ne procurent pas le même niveau de protection que les détecteurs de fumée. On devrait donc utiliser les détecteurs de chaleur uniquement dans les quelques aires où un détecteur de fumée serait susceptible de déclencher régulièrement des fausses alarmes – comme les milieux poussiéreux – ou encore dans les aires où des feux à flamme vive et à développement rapide pourraient éclater. Les détecteurs de chaleur conviennent le mieux à la protection des espaces poussiéreux ou espaces clos tels que garages, combles ou greniers, vides sanitaires et aires non chauffées où la température est susceptible de chuter sous les valeurs nominales de service des détecteurs de fumée.

Extinction des incendies Si l’on souhaite réduire au minimum les dommages et les pertes attribuables à un incendie, il est essentiel que celui-ci soit détecté et éteint au stade le plus précoce possible. Dans la plupart des situations, l’eau demeure l’agent extincteur le plus largement employé : dans les lances d’incendie, les gicleurs, les systèmes à eau atomisée et certains types d’extincteurs portatifs. L’eau demeure un agent facilement disponible, efficace et peu coûteux; elle a en outre la capacité de refroidir et de déplacer l’oxygène alimentant le feu. Lorsque de grandes quantités d’eau sont requises, une alimentation en eau ainsi qu’une pression d’eau fiables sont des conditions préalables essentielles à l’utilisation des lances d’incendie et, dans une moindre mesure, des systèmes de gicleurs. Des systèmes à agent extincteur gazeux sont disponibles pour des applications spéciales. Voici une brève description des types les plus courants de matériel et de systèmes d’extinction que l’on peut utiliser dans les établissements à valeur patrimoniale. Extincteurs portatifs Les extincteurs portatifs sont généralement requis par les codes de prévention des incendies. Utilisés par des personnes dûment formées, ils peuvent se révéler des instruments efficaces pour éteindre des petits feux encore restreints. Il est important de choisir le type d’extincteur qui convient selon la nature de l’incendie, à défaut de quoi cet appareil pourrait se révéler inefficace, voire dangereux. Par exemple, une personne qui utiliserait un extincteur à eau pour combattre un feu sur appareillage électrique sous tension risquerait de recevoir de graves décharges électriques. Utilisée sur un incendie de liquide inflammable ou de graisse, l’eau pourrait en fait contribuer à étendre l’incendie. Le type d’extincteur pour une aire donnée devrait être choisi en fonction de la nature précise des feux qui sont susceptibles d’éclater dans cette aire. Les quatre (4) principales classes de feux et les extincteurs correspondants pour les musées se répartissent comme suit : Classe A – matières combustibles courantes

Classe B – liquides inflammables

Classe C – appareillages électriques sous tension

Classe D – métaux combustibles tels que magnésium et sodium De nombreuses collectivités ont normalisé les extincteurs qu’elles emploient afin de faciliter leur utilisation et la formation exigée. Les extincteurs polyvalents dits ABC sont, de nos jours, souvent utilisés de façon généralisée dans le bâtiment, sur recommandation du service d’incendie, ce qui élimine le risque d’utilisation accidentelle d’un agent inadéquat. Consultez vos autorités locales ou votre conseiller en matière d’incendie afin de déterminer quel type d’extincteur est le plus approprié à chacune des aires de votre établissement. On installe généralement les extincteurs portatifs à proximité des issues. On doit les monter sur des consoles d’un type approuvé, les inspecter visuellement une (1) fois par mois et y faire une intervention d’entretien une (1) fois par année. Certains établissements ou collectivités préfèrent ne pas donner à leur personnel une formation sur le maniement des extincteurs portatifs afin de décourager ces personnes à les utiliser en cas d’incendie. L’argument principal de ce choix est que le personnel devrait plutôt déclencher l’alarme, appeler le service d’incendie (ou un service d’intervention équivalent) et évacuer le bâtiment, laissant ainsi au service le soin d’éteindre l’incendie. Bien que la sécurité des personnes passe toujours avant tout, et que personne ne devrait mettre sa vie ou celle des autres en danger en tentant d’éteindre soi-même un incendie potentiellement dangereux, certaines situations peuvent néanmoins commander l’utilisation d’un extincteur, par exemple, lorsque le feu bloque l’issue. Dans d’autres situations, l’utilisation d’un extincteur sur un petit feu circonscrit permettra de l’éteindre rapidement et sans danger avant qu’il ne puisse s’étendre. Pour utiliser un extincteur portatif, ne tenez pas la lance dirigée vers vous, et retenez la marche à suivre ci-après : Tirez sur la goupille.

Visez la base des flammes.

Serrez la détente, fermement et en exerçant une pression uniforme.

Effectuez avec la lance un mouvement de balayage latéral. Si le personnel n’est pas formé au préalable au maniement adéquat et sécuritaire des extincteurs portatifs, ces appareils risquent bien de devenir de simples cale-porte de luxe ou des objets sur lesquels on jette son manteau (consulter la figure 9). Figure 9. Extincteur non monté, utilisé comme accessoire pour maintenir une porte ouverte. Oui, la formation adéquate du personnel en matière d’intervention d’urgence peut faire la différence, tout spécialement dans une situation où il y a danger de mort. Extinction automatique Systèmes de gicleurs Les systèmes de gicleurs automatiques sont formés d’un réseau de tuyauteries fixes reliées à une source d’alimentation en eau, comportant des gicleurs montés sur les tuyaux selon un intervalle régulier, conçus pour débiter de l’eau lorsque la température atteint une valeur de consigne. Selon le Fire Sprinkler Network, les gicleurs sont en usage aux États-Unis depuis 1874 et, encore de nos jours, cette méthode d’extinction est largement reconnue comme étant la plus efficace pour lutter contre la propagation des flammes au stade naissant des incendies, soit avant qu’elles ne puissent causer des blessures et des dommages matériels graves.

Figure 10. Une tête de gicleur : cette tête de gicleur comporte des ampoules de verre remplies d’un liquide qui se dilate sous l’action de la chaleur et, ce faisant, fait éclater le verre. Un système de gicleurs est un moyen efficace et relativement peu coûteux de sauver des vies, des biens et des collections. Les gicleurs (figure 10) sont prêts à fonctionner rapidement et à tout moment de la journée ou de la nuit, et sont de plus insensibles aux conditions défavorables de circulation ou de climat, ainsi qu’aux fumées denses et aux émanations toxiques. Selon des experts, le système de gicleurs est le plus important de tous les systèmes de sécurité incendie qui peuvent protéger des biens culturels. Un système correctement conçu, installé et entretenu peut compenser certaines carences dans la gestion des risques, dans la construction du bâtiment et dans la capacité d’intervention d’urgence, et procure en outre une souplesse accrue de la conception du bâtiment. Étant donné que la majorité des musées contiennent d’importantes quantités de matériels irremplaçables et de nature hautement combustible, et que les incendies peuvent se développer et s’étendre rapidement, il est hautement recommandé de prévoir un système d’extinction automatique comme les gicleurs à l’échelle de tout le bâtiment afin d’éteindre ou, à tout le moins, de maîtriser les incendies le temps que les pompiers puissent arriver et s’installer pour l’extinction. De nombreux établissements croient qu’ils sont adéquatement protégés en raison de la proximité de la caserne des pompiers et qu’ils ne requièrent donc pas de système d’extinction automatique. Toutefois, outre les retards potentiels et les autres problèmes mentionnés précédemment, il faut également prendre en compte le risque que le service d’incendie pourrait être occupé ailleurs par une autre urgence. Avec un système de gicleurs, la protection incendie est en place et disponible en tout temps. Il n’est pas étonnant que, historiquement, les établissements qui ont subi les plus lourdes pertes directement imputables à un incendie soient ceux qui n’étaient pas équipés de gicleurs. Les musées qui sont protégés par ce système subissent généralement des pertes et des dommages relativement mineurs. Nombreux sont les établissements abritant des collections qui hésitent à installer des gicleurs par peur d’exposer celles-ci au risque de déclenchements accidentels et de dégâts causés par l’eau. En réalité, les déclenchements accidentels et les fuites attribuables à des défauts de fabrication sont relativement rares. De plus, les dommages causés par les gicleurs eux-mêmes sont généralement beaucoup moins importants que ceux causés par le jet des lances d’incendie à haute pression qui sont utilisées dans la lutte contre le feu. Le débit de l’eau provenant des gicleurs est d’environ 100 litres par minute par tête de gicleur et cette eau est dispersée comme une pluie douce, tandis que le débit de tuyaux d’incendie est de 500 à 1000 litres par minute par tuyau, et c’est une eau refoulée sous forte pression. Selon d’autres établissements, l’installation de gicleurs est trop coûteuse. Or, malheureusement, de nombreux musées sinistrés qui n’étaient pas protégés par ce type de système ont, en bout de ligne, payé deux fois : d’abord pour la restauration la reconstruction, et ensuite pour l’installation d’un système de gicleurs après coup! Dans la majorité des cas, le coût du système de gicleurs était inférieur à celui de la restauration/reconstruction. Dans les cas où l’esthétique est une considération importante, par exemple, dans les maisons patrimoniales faisant fonction de musées, il est possible d’installer des gicleurs muraux ou encastrés, plus discret visuellement, dont les couvercles sont assortis à la surface du mur ou du plafond. Toutefois, il faut retenir que cet assortiment de la couleur doit être réalisé par le fabricant : il est contraire aux exigences des codes de peinturer des gicleurs ou d’altérer ceux-ci de quelque autre façon, car cela pourrait nuire à leur fonctionnement. Il existe des systèmes de gicleurs à noyage total, conçus pour les espaces industriels, mais on ne les utilise généralement pas dans les installations culturelles. Ordinairement, seuls les gicleurs qui sont directement exposés au feu se déclenchent, et la majorité des feux sont maîtrisés efficacement par 1 à 4 gicleurs. Pour les établissements qui sont situés dans des régions sujettes à l’activité sismique, il est important que l’installation des systèmes de gicleurs inclue des entretoisements et autres caractéristiques parasismiques. On rencontre en général trois (3) types principaux de systèmes de gicleurs : sous eau, sous air et à préaction. Voici une courte description de chacun de ces systèmes, et certains des avantages et des inconvénients que présente leur emploi. Le système sous eau Dans un système dit sous eau, l’eau dans les canalisations est maintenue sous pression et alimente des têtes de gicleur actionnées par la chaleur ambiante. Seuls les gicleurs exposés à une chaleur élevée se déclenchent pour éteindre l’incendie. Dans la majorité des situations, ce système sous eau de type standard est hautement recommandé car il est fiable, d’un entretien facile et relativement peu coûteux; comme il est maintenu toujours sous pression et prêt à fonctionner, son temps de réaction est court. Le principal inconvénient de ce système est celui des dégâts causés par l’eau qu’il peut causer par des déclenchements accidentels qui, en fait, surviennent très rarement et contre lesquels des précautions peuvent être prises. Par exemple, s’il y a risque que des gicleurs soient heurtés (par des personnes, des portes d’armoire, des chariots élévateurs, etc.), on peut les installer en position inversée (dressés sur la partie supérieure de la tuyauterie), sur les murs ou encastrés plutôt que dans la position pendante standard. On peut également munir les têtes de gicleur pendantes de grillages de protection. Le système sous air Dans un système dit sous air, le réseau de canalisations est rempli en permanence d’air sous pression plutôt que d’eau, laquelle est retenue par une soupape. Lorsqu’une tête de gicleur est déclenchée, l’air sous pression s’échappe de la canalisation, ouvrant ainsi la soupape qui admet dans la tuyauterie l’eau, qui est alors éjectée par le gicleur. Toutefois, les systèmes sous air sont sujets à la corrosion et à l’accumulation de tartre dans les canalisations, causées par la condensation et l’humidité résiduelle après les mises à l’essai requises, ce qui les rend moins fiables que les systèmes sous eau. Tout comme les systèmes à préaction, ils sont plus complexes, plus coûteux et d’un entretien plus difficile, et leur débit est plus lent. Les systèmes sous air sont utilisés essentiellement dans des espaces qui sont exposées au gel, tels que les quais de chargement. Le système à préaction Dans un système dit à préaction, l’eau est retenue par une soupape, comme dans le cas du système sous air, mais l’ouverture de cette soupape admettant l’eau dans la tuyauterie requiert le déclenchement d’un système de détection d’incendie local. Le système fonctionne alors comme le système sous eau standard. De nombreux établissements ont installé des systèmes à préaction plutôt que des systèmes sous eau afin de réduire le risque de dégâts causés par l’eau dans les aires des collections, attribuables à des déclenchements accidentels ou à des fuites des canalisations ou des têtes de gicleur. Or, bien que l’emploi de ce système soit effectivement avantageux dans les aires qui contiennent des collections sensibles à l’eau et d’une grande valeur, il comporte cependant des inconvénients et des problèmes, dont les suivants : Ce type de système prend plus de temps à atteindre sa capacité de débit, ce qui permet au feu de s’étendre dans l’intervalle et de demander le déclenchement d’un plus grand nombre de têtes, qui entraîne donc plus de dégâts d’eau.

Le système à préaction étant plus complexe que le système sous eau classique, le risque d’anomalie ou de défectuosité augmente donc en conséquence. Par exemple, un problème au niveau du système de détection d’incendie pourrait nuire au bon fonctionnement du système de gicleurs.

Comme dans le cas des gicleurs sous air, puisque les canalisations sont remplies d’air, l’humidité dans celles-ci risque d’entraîner la corrosion et l’accumulation de tartre et de nuire au bon fonctionnement du système.

En raison de leur complexité, les systèmes à préaction sont d’une installation et d’un entretien plus coûteux que les systèmes sous eau. Il existe également des systèmes dits à fonctionnement intermittent (ou marche/arrêt), dont les gicleurs déclenchés se ferment automatiquement lorsque la température ambiante retombe sous une valeur de consigne, et se rouvrent de nouveau si le feu se rallume. Toutefois, ces systèmes sont complexes et coûteux. Dans la plupart des centres urbains, le service d’incendie aura généralement le temps d’arriver sur les lieux avant que la zone touchée n’ait pu refroidir suffisamment pour arrêter le système. C’est donc dire que celui-ci offre peu d’avantages pour la majorité des établissements à valeur patrimoniale. Quel que soit le type de système de gicleurs retenu, il devrait toujours être conçu par des professionnels ayant de l’expérience, fabriqué par une société renommée, avec des matériaux de haute qualité, installé en conformité avec les exigences de la norme NFPA 13 : Installation of Sprinkler Systems, et mis à l’essai et révisé une (1) fois par année par un personnel compétent, pour fin de maintien en bon état de fonctionnement. Le système à brouillard d’eau Un système d’extinction automatique à eau, relativement nouveau, projette de petites quantités d’eau sous haute pression, ce qui donne un brouillard fin. Cette atomisation refroidit et maîtrise efficacement le feu en débitant environ 10 % seulement de la quantité d’eau qui serait fournie par un système de gicleurs classique; il en résulte donc moins de dégâts d’eau potentiels. En outre, comme l’eau atomisée en brouillard fin ne conduit pas l’électricité de la même façon qu’un jet, on peut l’utiliser sur du matériel électrique sous tension. Dans les cas où la propreté de l’eau débitée est critique, on peut employer des canalisations en acier inoxydable et de l’eau distillée. Bien que les systèmes à eau atomisée aient été conçus à l’origine principalement pour les applications marines, on les installe de plus en plus dans les musées et les installations d’archivage, ainsi que dans les édifices à valeur patrimoniale. Ces systèmes sont tout particulièrement pratiques pour les bâtiments patrimoniaux qui subissent des travaux de réhabilitation ou de transformation : les canalisations souples et de petit diamètre peuvent être installées dans les endroits d’accès restreint et difficile, là il serait difficile voire impossible d’installer des canalisations de gicleurs traditionnelles sans défaire des éléments de la construction d’origine. Les systèmes de gicleurs à brouillard d’eau peuvent être raccordés à la plomberie d’une source d’alimentation en eau permanente, ou à une série de réservoirs d’eau se trouvant à proximité. Ce dernier scénario pourrait convenir dans les situations où l’approvisionnement en eau d’extinction n’est pas fiable, ou pour les établissements saisonniers qui ne sont pas chauffés en hiver. Comme l’eau n’est pas maintenue dans les canalisations, les aires du bâtiment qui sont sujettes au gel peuvent toujours être protégées, à condition que l’eau dans les réservoirs soit elle-même maintenue au-dessus du point de congélation. Même si ce type de système d’extinction est très prometteur pour les établissements à valeur patrimoniale, il s’agit néanmoins d’une technologie nouvelle et, à ce titre, il peut s’avérer difficile de trouver des entrepreneurs qui connaissent bien ces systèmes et ont l’expérience requise pour les installer. Cependant, ce problème devrait de moins en moins se poser à mesure que l’usage de ce système se répandra. Le système d’extinction automatique à agent gazeux Depuis l’abandon des gaz Halon, contenant des CFC, pour des raisons environnementales, plusieurs prétendues solutions de rechange au Halon ont été développées, et certains musées mettent en place dans leurs aires de collections des systèmes qui utilisent ces solutions de rechange à la place des systèmes à base d’eau. Toutefois, pour les établissements qui sont dotés actuellement de systèmes au Halon, il n’existe simplement pas de véritable système de remplacement facile, car une nouvelle tuyauterie serait généralement requise. Contrairement aux têtes de gicleur, qui projettent l’eau indépendamment les unes des autres, les systèmes d’extinction à agent gazeux sont des systèmes à saturation totale : l’agent extincteur est débité simultanément par toutes les buses à l’intérieur de l’espace protégé, jusqu’à obtention de la concentration requise pour une extinction efficace. Les systèmes à agent extincteur gazeux offrent l’avantage que les collections ne subissent aucun dégât d’eau lors d’un incendie. Toutefois, comme avec d’autres types de systèmes d’extinction, des inconvénients, des restrictions et des problèmes potentiels peuvent découler de l’utilisation de ces systèmes, dont on devrait tenir compte en optant pour ceux-ci. Notamment : Ces systèmes sont essentiellement conçus pour des espaces bien étanches, comme les chambres d’entreposage. Leur efficacité sera compromise si la porte donnant accès à l’aire protégée est maintenue ouverte, s’il existe une ou des ouvertures par lesquelles le gaz peut s’échapper, ou si l’installation de ventilation et les registres coupe-fumée ne se sont pas fermés.

Certains systèmes nécessitent une mise à l’air libre afin que le remplacement de l’air de la pièce soit possible.

Une fois le gaz projeté et dissipé, l’aire ne se trouve plus protégée tant que le gaz n’a pas été remplacé et le système, réarmé. Par conséquent, il est hautement recommandé de prévoir également un système de gicleurs d’appoint.

Les systèmes à agent gazeux coûtent ordinairement plus cher que les systèmes de gicleurs.

Les systèmes à agent gazeux sont assez complexes; pour qu’ils soient efficaces, chacun de leurs composants doit fonctionner adéquatement.

La conception, l’installation et les interventions d’entretien et de réparation de ces systèmes par un personnel compétent dans des établissements en région éloignée ou dans de petites agglomérations peuvent se révéler incommodes et coûteuses, voire irréalisables. Vous trouverez ci-après une brève description de plusieurs agents gazeux qui sont employés dans les musées canadiens. Inergen L’Inergen est un gaz inerte composé d’azote (52 %), d’argon (40 %) et de dioxyde de carbone (8 %). Bien que ce gaz éteigne le feu par réduction de la concentration d’oxygène en deçà du seuil d’entretien de la combustion, cette concentration d’oxygène demeure suffisante pour permettre de respirer sans danger. Puisqu’il s’agit d’un produit complètement inerte et non résiduel, il ne représente en outre aucun danger pour les collections. La projection de l’agent ne restreint pas non plus la visibilité, ni ne cause de chute marquée de la température comme le font certains autres systèmes. Comme la projection de l’Inergen se fait sous haute pression, ce système nécessite l’emploi d’une quincaillerie particulièrement robuste qui y résistera. L’Inergen requiert en outre un plus grand nombre de réservoirs d’emmagasinage de l’agent que certains autres systèmes pour protéger une aire de mêmes dimensions, ce qui fait intervenir des considérations liées à l’espace et au poids. Le coût du matériel requis pour ce système est généralement plus élevé que celui d’autres systèmes; par contre, l’agent extincteur est lui moins coûteux et plus facile à remplacer. FM 200 Le FM 200 est un hydrocarbure halogéné qui éteint le feu par absorption de chaleur. Bien qu’il n’y ait aucun risque que l’oxygène atteigne ainsi un seuil dangereux pour la respiration, il existe néanmoins des incidences sur la santé humaine en raison des produits chimiques nocifs qui sont dégagés pendant la projection. Le FM 200 est stocké sous forme liquide et est projeté à l’état gazeux. Comme un système utilisant cet agent requiert un volume de liquide stocké relativement restreint, c’est un choix à considérer dans les cas où un espace de stockage limité est disponible. Parmi les inconvénients du FM 200, mentionnons un certain potentiel de contribution à l’effet de serre, ainsi que la formation de certains produits de décomposition qui pourraient nuire à des collections. Bien que ce système soit généralement moins coûteux à installer, le coût de l’agent est plus élevé que celui des gaz inertes. NOVEC 1230 Bien que le système d’extinction par saturation totale écologique (« à agent propre ») à la cétone fluorée NOVEC 1230 soit installé en Europe depuis un certain nombre d’années, il est relativement nouveau en Amérique du Nord et tout spécialement au Canada. Expédié et stocké comme liquide, il se vaporise à la projection et éteint les incendies par absorption de la chaleur. Le NOVEC 1230 possède le temps de résidence dans l’atmosphère le plus court, soit 5 jours (contre 33 ans), de tous les agents extincteurs à base d’hydrocarbure halogéné qui sont offerts actuellement, la meilleure marge d’innocuité pour utilisation dans des espaces occupés et enfin un potentiel d’appauvrissement de la couche d’ozone nul. Il faut généralement un moins grand nombre de réservoirs d’agent stocké pour protéger le même volume d’espace qu’avec d’autres systèmes à agent gazeux. Par contre, les réservoirs doivent être situés à moins de 20 à 30 m de l’espace à protéger. À l’instar de la plupart des systèmes à agent gazeux, la projection de NOVEC 1230 se produit à haute pression. Le NOVEC 1230 élimine les dégâts d’eau et les dommages causés par les produits chimiques aux ordinateurs, aux composants électroniques, aux livres, aux œuvres d’art, etc. Lors de démonstrations, des pièces de collection immergées dans cet agent extincteur ont pu en être retirées sèches et intactes. Le tableau 2 ci-après résume les caractéristiques des trois (3) systèmes à agent gazeux dont nous venons de traiter. Tableau 2. Résumé des caractéristiques des agents d’extinction gazeux dits écologiques ou « propres ». Système Commentaires En général Pas de dégâts causés par l’eau.

Conviennent seulement à une utilisation dans des espaces bien étanches.

Dans certains cas, un espace considérable est requis pour entreposer les réservoirs.

La pression de projection peut se révéler dommageable.

Loin des grands centres urbains, l’installation et les interventions d’entretien/de réparation par des personnes compétentes peuvent constituer un problème.

Un système de gicleurs d’appoint est recommandé en cas d’extinction incomplète par le système à agent gazeux. NOVEC 1230 Agent à base de fluorocétone.

Éteint le feu par absorption de chaleur.

Nécessite un moins grand nombre de réservoirs et moins de superficie au sol pour protéger un espace donné.

Risque de production de gaz de décomposition lorsque certaines conditions sont réunies.

Canada.ca label them accordingly, and keep

Moins coûteux que certains autres systèmes à agent gazeux. Inergen Gaz totalement inerte composé d’azote, d’argon et de dioxyde de carbone.

Possède la pression de projection la plus élevée et requiert plus d’espace pour l’entreposage des bouteilles de gaz. FM 200 Hydrocarbure halogéné.

Éteint le feu par absorption de chaleur.

Ce qui se rapproche le plus d’un système de substitution au système à Halon 1301.

Nécessite moins de réservoirs de stockage que certains autres systèmes.

Produit des gaz de décomposition. Comme pour tout autre système de protection incendie, consultez un ingénieur de sécurité incendie pour déterminer si un système d’extinction à agent gazeux conviendrait ou non à votre établissement.

Capsules Capsule 1 Durant la nuit du 19 août 1980, le Miner’s Museum du Cap–Breton (figure 7), à Glace Bay (Nouvelle-Écosse) a été ravagé par un incendie catastrophique. Le personnel du musée ignore quelle a été la cause de l’incendie, mais il pourrait s’agir d’un article de fumeur oublié pendant un concert en soirée, dans l’auditorium attenant, ou encore d’un acte de vandalisme. (Des débris de cocktails Molotov avaient été trouvés sur les lieux quelques semaines avant l’incendie.) La structure était d’une construction moderne, incombustible et résistant à la propagation de la flamme, et comprenait, outre l’auditorium, un centre d’exposition national pour les expositions itinérantes. On n’y trouvait aucun système d’alarme incendie surveillé ni système d’extinction automatique, et il n’y avait pas non plus de porte coupe-feu à l’entrée du puits de mines de charbon situé sous le musée. D’anciens mineurs servaient de guides aux visiteurs du puits de mines, qui demeurait une attraction très populaire. Figure 11. Le Miner’s Museum, à Glace Bay (Nouvelle-Écosse). Photographie « avant l’incendie », prise le 18 août 1980 . Le soir de l’incendie, un concert mettant en vedette l’ensemble Men of the Deeps a eu lieu dans l’auditorium. Il était normal à l’époque qu’il soit permis d’y fumer. Environ une heure après le concert, un passant remarqua des flammes s’élançant vers le ciel depuis les fenêtres hautes de la bibliothèque du musée et appela le service des pompiers volontaires local. Les pompiers arrivèrent promptement sur les lieux, et des intervenants supplémentaires furent dépêchés de la ville voisine, Sydney. L’incendie a fait rage pendant trois nuits et deux jours, causant la perte d’environ 70 à 80 % du bâtiment et de ses collections (figure 8). Étant donné que la première priorité des intervenants du service d’incendie était d’empêcher l’incendie de se propager aux filons de charbon par le puits de mines, le reste du musée a donc dû être sacrifié. Figure 12. Le Miner’s Museum, à Glace Bay (Nouvelle-Écosse).

Photographie « après », prise trois jours plus tard. Si le musée avait été doté d’un système de détection de la fumée surveillé, l’incendie aurait peut-être été décelé avant l’embrasement, et un système de gicleurs aurait quant à lui pu maîtriser, voire éteindre complètement, l’incendie même avant l’arrivée sur les lieux du service d’incendie. Les pertes n’auraient été que mineures. Grâce à l’appui concerté des membres de la communauté, le musée a depuis été reconstruit. Il comporte désormais un système de vidéosurveillance à l’intérieur comme à l’extérieur, un éclairage de sécurité pour l’extérieur, un système d’alarme incendie surveillé, un système de détection de la chaleur et de la fumée, un système de gicleurs sous eau, ainsi que des portes coupe-feu en métal pour protéger l’entrée du puits de mines. Capsule 2 Une nuit du mois d’août 1992, un incendie criminel éclata dans une salle du rez-de-chaussée du Lieu historique national du domaine Billings, maison patrimoniale faisant fonction de musée, à Ottawa (Ontario) (figure 13). Bien que le musée fût situé en un site visuellement éloigné et en retrait par rapport à la circulation tant piétonnière qu’automobile d’un quartier résidentiel, l’incendie a été décelé rapidement par le système de détection surveillé; ainsi le service d’incendie a été en mesure de réagir rapidement. Figure 13. Le Lieu historique national du domaine Billings : Vue extérieure. Les fenêtres condamnées indiquent l’emplacement de l’incendie dans le musée. Au cours des mois ayant précédé l’incendie, des plans avaient été mis en œuvre en vue d’installer un système de gicleurs. La directrice du musée avait également rencontré le service d’incendie local afin de discuter de ses préoccupations concernant les dégâts causés par l’eau qui pourraient résulter de l’extinction d’un incendie. Cette discussion qui s’est révélée providentielle! Étant donné que l’incendie est survenu en dehors des heures de travail, la sécurité des personnes n’était pas en cause. De même, comme les pompiers sont arrivés sur place alors que l’incendie était encore relativement circonscrit et maîtrisable, ils ont été capables de pénétrer dans la structure armés d’extincteurs à anhydride carbonique pendant que l’on raccordait les tuyaux à la canalisation d’incendie. Une fois les tuyaux raccordés, le brasier a été combattu non pas avec des jets de lance mais avec de l’eau pulvérisée. Figure 14. Lieu historique national du domaine Billings :

Vue intérieure du site de l’incendie. Grâce au système de détection de la fumée surveillé ainsi qu’à l’interventionprompte du service d’incendie, en dehors des heures normales de travail, les dommages importants ont pu être limités à seulement une pièce de cette maison patrimoniale. Même si, dans tout l’établissement, des dommages assez importants ont été causés par la suie, en plus de certains dommages causés par la chaleur et les flammes dans la pièce où l’incendie a pris naissance (figure 14), la maison comme les collections qu’elle renfermait n’ont subi pratiquement pas de dégâts causés par l’eau. Ce musée a depuis fait installer un système de gicleurs. Capsule 3 Lors de travaux de rénovation de salles d’exposition permanentes et de construction de nouvelles salles de ce type au Saskatchewan Museum of Natural History (rebaptisé aujourd’hui Royal Saskatchewan Museum), à Regina (Saskatchewan), un feu couvant a pris naissance lorsque la chaleur produite par la polymérisation d’une mousse isolante à deux composants s’est trouvée piégée au contact de matériaux de construction modernes du type résistant au feu, causant ainsi la production et la propagation d’une épaisse fumée. Étant donné que l’on avait recouvert les détecteurs de fumée dans l’aire du projet afin qu’ils ne soient pas contaminés par la poussière pendant les travaux de rénovation, la détection de l’incendie a ainsi été retardée jusqu’au déclenchement d’un détecteur de fumée situé ailleurs dans le musée. De plus, l’arrêt automatique du ventilateur du système de ventilation mécanique du musée a fait défaut, ce qui a permis à la fumée de gagner rapidement tout l’établissement. Bien que le temps de réponse du service d’incendie ait été court, l’accumulation d’une fumée épaisse et l’absence d’un système d’alarme incendie zoné ont empêché les intervenants de localiser rapidement le foyer de l’incendie, et il en est résulté une épaisse couche de suie qui s’est déposée dans tout l’édifice, y compris les salles d’exposition permanente et les dioramas. Heureusement, avant le début des travaux de rénovation, on avait enlevé et relocalisé la majeure partie des collections du musée dans un entrepôt éloigné. Selon les statistiques, les travaux de construction et de rénovation sont pour les musées des activités à risques très élevés. Dans ce cas-ci, si les détecteurs de fumée avaient été remis en fonction à la fin de chaque journée de travail, et si un piquet d’incendie avait été mis en place pendant la période des travaux de construction et jusqu’à plusieurs heures après, l’incendie aurait pu être détecté à un stade plus précoce et éteint avant de pouvoir causer quelque dommage majeur que ce soit.